Réaliser ses rêves

Aujourd’hui, j’ai envie de parler de bien plus que de voyage et d’aventure. Je souhaite parler des fragments de créations que constitue nos rêves. Car s’il y a bien une chose que chaque homme, chaque femme de ce monde a en commun, ce sont les rêves. Alors parlons, parlons de rêves.

 

Salar de Uyuni, le désert de sel de Bolivie

Le rêve. Pour beaucoup, rêve rime avec argent. Le seul moyen d’accomplir ses rêves serait d’être riche. De gagner à l’Euromillion. Oui, tout le monde aimerait être riche. Et beaucoup attendent, passivement, vivant dans l’espoir qu’un jour peut-être, ces millions permettront enfin d’être libre, de faire ce que l’on désire. Mais le problème est là. On ne peut pas être riche. On devient riche. Et pour devenir riche, il faut avoir une idée nouvelle, une idée révolutionnaire, travailler plus dur, être plus malin, plus ambitieux. Mais en réalité, ce que nous désirons réellement, ce n’est pas d’être riche. C’est d’avoir le temps de faire ce que nous voulons, le temps de réaliser nos rêves.

Alors le temps c’est bien beau mais il faut aussi les moyens. Le loyer prends la moitié du salaire, les impôts et le lave-linge l’autre moitié. Le tout accompagné de la fatigue liée à toutes ces longues heures passées au boulot et dans les transports. Alors oui, au bout du compte, on n’a pas le temps. Ou plutôt, on ne prend pas le temps pour ce qui compte vraiment.

Mon message, mon seul message, celui que je souhaite transmettre, c’est d’exploiter votre potentiel.

Dans notre société capitaliste où tout l’univers semble tourner autour du travail et de la productivité, une réalité bien amère est pourtant présente : Nous ne sommes pas uniques. Au boulot, nous sommes remplaçables et interchangeables.

Dites-vous bien cela : Quelqu’un quelque part, à ce moment précis, est en train de faire exactement la même chose que vous.

Je vais le répéter : Quelqu’un quelque part, à ce moment précis, est en train de faire exactement la même chose que vous.

Alors cessez de vivre uniquement pour payer les factures. Ne gâchez pas votre temps. Il est précieux. Prenez le temps. Prenez une heure par jour, prenez une heure par semaine, mais prenez une heure pour faire ce que vous voulez, pour exploiter votre potentiel. Pour participer à la réalisation de votre rêve. Que ce soit de devenir artiste, de faire le tour du monde, du chien de traineau, de faire du saut à l’élastique depuis un hélicoptère au dessus d’un volcan en éruption (quoi, vous aussi !), de voir les manchots en Antarctique ou les lions du Serengeti, d’apprendre le Krav-Maga, de profiter de votre passion pour la cuisine ou le chant, prenez une heure. Si vous ne vivez pas pour quelque chose, vous mourrez pour rien.

 

Vous savez quelle était la phrase récurrente qui revenait encore et encore, durant mes rencontres autour du monde ?

« La seule chose que je regrette après être parti, c’est de ne pas l’avoir fait plus tôt ! »

Des voyageurs, des expats, des backpackers, des whoofers. Tous partagent la même chose : ils ont regardé en face leur situation et se sont dit :

« Voilà, c’est ça que je veux. Je veux réaliser mon rêve. »

Et croyez-moi, pas un seul n’a regretté d’être parti. Si dans votre esprit, vous répondez :

« Oui, oui, c’est une bonne idée. J’y penserais plus tard… » puis passez à autre chose, c’est que vous vivez déjà le rêve et c’est tant mieux pour vous. Sinon, c’est une autre raison qui vous pousse à ignorer vos réels désirs.

Alors pourquoi, et laquelle ?

Peut-être parce que vous ne savez pas vraiment quel est votre rêve. Ou qu’il semble irréalisable. Ou peut-être même est-ce vos incertitudes et insécurités qui vous rattrapent. Alors, vient cette voix irrationnelle ressemblant étrangement à notre maman qui murmure à notre oreille :

« C’est loin d’être sécurisant tout ça. Ça semble instable. Tu ne sais pas sur quoi tu vas tomber. Rester comme tu es, ne changes surtout rien à ta situation actuelle, c’est bien moins difficile. Je t’aime comme tu es. »

Mais cette voix dans votre tête, ce n’est pas votre maman. Ce n’est pas votre conscience. C’est la peur du changement.

Je ne vais pas vous mentir, réaliser son rêve est loin d’être facile. Tout le monde a peur du changement. On est dans une situation dans laquelle on a des avantages, mais on aimerait plus. Mais comme on ne sait jamais ce que le changement nous apportera, on doute. Mais je vais vous raconter une histoire.

Depuis tout petit, mon rêve était de devenir un aventurier, de découvrir le monde dans ses moindres recoins. Tout ce que j’ai eu pour seule réponse était : « Passe ton Bac d’abord. »

Alors j’ai attendu. J’ai attendu le jour où cette décision n’appartiendrait qu’à moi et à moi seul. Et le jour de mes 18 ans, j’ai tout quitté pour réaliser mon rêve et partir à l’aventure. C’est la meilleure décision que je n’ai jamais prise. Mais n’imaginez pas que c’était tout joyeux et facile. Oh oui, j’ai galéré ! J’ai vécu dans la rue, j’ai crevé de faim et de froid pendant des semaines. J’ai perdu espoir. Mais à chaque fois que je perdais espoir, je rassemblais mes forces et poussait encore plus loin la limite. Et parfois la situation semblait empirer. Mais à force d’acharnement et de détermination, je reprenais toujours le dessus. Parce que je savais que si je ne le faisais pas maintenant, je ne le ferais jamais. Parce que j’ai entendu l’appel du destin et y ai répondu. Et j’ai tout fait pour accomplir mon rêve.

Bien sûr, mon rêve à peu évolué depuis. Désormais, j’ai trouvé une phrase qui illustre bien ma pensée : Vivre, c’est transformer le temps en expérience.

J’essaie d’employer le temps au mieux. Et si je partage mon histoire, c’est pour vous motiver. Pour vous montrer que c’est possible. Pour que vous aussi, vous réalisiez votre rêve laissé si longtemps de côté. Alors quel qu’il soit, employez votre temps avec soin. Votre temps est précieux, ne le gâchez pas !

 

 

Si vous n’avez pas encore d’idée précise sur votre rêve et cherchez encore à le trouver, je vous propose de faire deux choses faciles :

La 1ere : Tenter tout ce qu’il est possible de vivre, toutes les inventions, toutes les activités proposées de par le monde (les premières qui me passent par la tête : Zorball, Spéléologie, ice climbing, ski de fond, surf des sables, surf volcanique) et voyager est sans nul doute le meilleur moyen d’y parvenir.

La 2de : Faites une Bucket List, la liste des choses à faire avant de mourir ! 10 réponses minimum ! Réfléchissez de la liste à plusieurs. Parlez de vos projets à d’autres personnes, cela vous engage et vous oblige à faire ce qu’il faut pour y arriver. Et si vous avez des idées géniales pour une Bucket List, lâchez-vous dans les commentaires !

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me prévenir