Permis de voyage

Au départ, je voulais écrire un article sur voyager sans le permis. Et en cherchant un titre, je suis tombé sur celui-ci. Et comme j’ai adoré le concept, on va bifurquer un peu sur le permis de voyage, du moins le temps d’un instant.

 

Quand on dit permis de voyage, on pense visa. Mais je veux aller plus loin que ça. Voyager est l’une des rares choses au monde qui ne requiert aucune autorisation, aucun permis, aucune contrainte. C’est le principe même de la liberté.

Imaginez une seconde ce que penserait les générations avant nous. Il y a près de 50 ans, les vols longs courriers se démocratisaient. C’était le début des vacances loin de son pays. Même si de tout temps, hommes et femmes en mal d’aventures ont exploré notre planète des pôles à l’équateur, ces lieux sont bien plus accessibles de nos jours.

À cette époque, il fallait 10 jours de bateau sur le Queen Mary pour atteindre New-York (ce qui, au passage, devait être un trajet exceptionnel).

La ville de New-York City depuis le sommet de l'Empire State Building

New-York City, la ville aux gratte-ciels

L’Asie ? Il fallait prendre la route de la Soie pendant des jours à bord de l’Orient Express.

La gigantesque statue en bronze du roi Sejong à Seoul

La gigantesque statue en bronze du roi Sejong

Désormais, on peux prendre la décision de partir voyager du jour au lendemain et toutes les options sont possibles. Un vol par jour, chaque jour, vers les 4 coins du monde. un train quotidien pour chaque destination d’Europe. C’est un tout nouveau monde qui s’offre à nous. Bon, ne croyez pas que je découvre tout cela aujourd’hui. Mais un rappel ne fait pas de mal. C’est une chance qui s’offre à notre génération. Si l’hésitation de voyager vous prends, ne passez pas à côté !

Et pour revenir à mon sujet de départ, n’hésitez plus à voyager même si vous n’avez pas le permis de conduire !

Oui, ça oblige à prendre le train ou le bus. Et si vous êtes motivé et résistant face à l’échec, vous pouvez faire du stop. Oui, faire du stop forge le caractère comme peu d’expérience de vie.

Comme vous le savez sans doute, j’ai tout quitté le jour de mes 18 ans pour partir à l’aventure. Je n’ai pas eu le temps de passer mon permis avant de voyager. Je n’avais donc pas le choix, j’ai toujours pris le bus pour les longues distances. Parfois le stop, quelques fois en bateau quand les routes sont inexistantes comme c’est le cas au Groenland, le pays des chiens de traineaux.

Sarfaq Ittuk, le brise-glace du Groenland faisant office de transport

Le Sarfaq Ittuk, le brise-glace longeant la côte ouest du Groenland

Chaque chose à du bon et du mauvais. Parfois, vous passerez une semaine à attendre le bus dans les stations de Bolivie mais d’un autre côté, vous aurez toujours une place sur le ferry et vous ferez des rencontres uniques de voyageurs égarés, d’amérindiens généreux, d’habitants locaux parlant de leur pays, de militaires voulant prendre une photo avec vous aux frontières du Honduras.

Ok, je ne vais pas vous mentir, parfois vous rencontrerez des cas moins glamour. Des gens désespérés, des pauvres dormant dans les stations de bus, des délirants en manque d’héro voir même un dingue raciste (je vous raconterais peut-être un jour ce 4 juillet à Flagstaff…)

Prenez le bus Greyhound qui relie Toronto à Calgary. Vous aurez le temps d’admirer les paysages infinies du Canada pendant trois jours et trois nuits. D’abord les grands lacs, puis les plaines disparaissant à perte de vue dans lesquelles pas une dune n’est perceptible jusqu’à l’horizon, puis les Montagnes Rocheuses s’approchant de plus en plus.

Vue sur les alentours de Banff depuis le sommet d'une montagne au Canada

Les alentours de Banff, un village des Rocheuses

Voyager en bus implique des contraintes horaires et parfois temporelles, mais également des magnifiques occasions de découvrir le monde tel qu’il est, avec du temps devant soi.

Une voiture en voyage au contraire, nécessite des pleins à répétition, des heures de route épuisantes durant lesquelles vous ne pouvez apprécier totalement du paysage (sauf si vous n’êtes pas la personne qui conduit, mais ceci est une autre histoire).

Pour conclure sur une pointe de nostalgie, prendre le bus autour du monde vous apportera une dose non négligeable d’aventures que vous serez heureux de vivre. Et si vous ne le faites pas pour vous, faites-le au moins pour les autres. Quand vous regarderez en arrière, faisant rebondir sur vos genoux vos petits-enfants, écoutant les yeux écarquillés par vos histoires incroyables d’un monde n’existant plus que dans vos souvenirs, vous leur direz. Vous leur direz qu’avec votre présence d’esprit, votre audace et non sans une grande dose de courage, vous avez fait, vous avez vu, vous avez senti ces chose là.

Et rien que pour ça, même si voyager vous parait difficile, lancez vous à bras ouvert vers l’Inconnu, il saura vous recevoir !

 

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Permis de voyage"

Me prévenir
avatar
Trier par:   Du plus récent | Du plus ancien | Le plus de vote
Le Roux Aimée
Invité

Coucou Etienne, j’adore suivre tes aventures… tu donnes trop envie!
Merci pour cet article
bises, Aimée (fnac)

wpDiscuz