NZ22 : La fin du voyage

Notre sablier est presque épuisé. Le terme de notre voyage en Nouvelle-Zélande approche, mais il nous reste encore une étape avant le retour.

 

La péninsule de Coromandel et plus précisément, le village de Whitianga.

Nous arrivons en soirée et après un bref diner, nous débutons un film et sommes rapidement rejoint par Sarah et Nadine, deux allemandes, profitant de leur Working Holidays en Nouvelle-Zélande.

Après quelques phrases échangées, la journée du lendemain est décidée : Nous partirons ensemble explorer les environs !

La réceptionniste de l’auberge m’explique qu’il y a des sources chaudes magnifiques le long d’une plage.

Ce sera notre premier stop !

Il faut des pelles. Fort heureusement, les néo-zélandais sont un peuple sympa et il me suffit d’accoster un groupe de jeune pour qu’ils nous laissent utiliser la leur !

Plus on creuse et plus l’eau s’infiltre par le sol jusqu’à atteindre un niveau acceptable. L’air est frais mais l’effort et l’eau chaude font monter la température !

Nous creusons donc notre jacuzzi de sable privatisé et après une vingtaine de minutes plutôt sportives, le bassin est fin prêt !

En général c’est le moment où je place une photo mais là, j’en ai que de nous quatre à moitié à poil donc vous ferez travailler votre imagination. Pour la plage hein, pas de nous quatre.

Nous restons dedans un long, long moment. Après l’effort, le réconfort !

La mer commence à monter. La dernière vague touche notre mur de sable entourant le bassin. C’est l’heure de se retirer ! Mais avant, allons faire trempette dans la mer gelée, histoire de se vivifier !

La journée se poursuit vers Cathedrale cove, une formation rocheuse prenant la forme d’un toit de cathédrale. Il faut 45 minutes de marche pour l’atteindre durant lesquelles nous traversons une forêt luxuriante, une plage de galet et pour finir, des escaliers glissants mais une fois en bas, les alentours valaient tous les efforts.

Sarah prenant une photo à Cathedrale Cove en Nouvelle-Zélande

Sarah prenant une photo à Cathedrale Cove en Nouvelle-Zélande

Le coin est sympa. D’un côté la cathédrale, de l’autre une petite cascade finissant sa course tombant verticalement sur un rocher. Un couple d’asiatique a ramené un drone. Ah, j’aurais dû y penser. Je suis jaloux ! La vue aérienne de ces formations rocheuses doit valoir le coup d’œil !

Magnifique arche sur la plage de Coromandel

Puisque c’est comme ça je vous donne la vue depuis le sol !

Pour terminer en beauté la journée, nous nous rendons à Shakespeare Cliffs, depuis lesquelles il est possible d’avoir une vue panoramique de la baie.

En equilibre devant la Lonely bay

En équilibre sur le point de vue donnant sur la Lonely Bay !

En contrebas, la Lonely Bay, la fameuse plage qui a attiré le regard de Captain Cook lors de son exploration de la Nouvelle-Zélande et de ces mers.

Nous admirons le coucher de soleil tombant lentement sur les montagnes bordant l’horizon.

Coucher de soleil sur la lonely Bay de Coromandel

Coucher de soleil sur la lonely Bay à Coromandel

Nous restons ainsi, silencieux et bienheureux, jusqu’à ce que la nuit tombée et le froid vif nous pousse à rentrer. Demain, nous rentrons à Auckland.

Le voyage d’un mois en Nouvelle-Zélande fut intense. Nous avons visité tout ce qu’il était possible de visiter et tenté toutes les expériences qui se sont présentées à nous. Zorball, saut en parachute, spéléologie, Hobbiton, la colonie de phoque de Kaikoura, Ulva Island. Des étoiles pleins les yeux et des histoires plein la tête !

Notre dernière journée avant le départ fut couteuse. Un camion a projeté une pierre sur le pare-brise il y a trois jours. L’impact de la taille d’une noix rend impossible la réparation. Il faudra changer tout le pare-brise. 350$. Quand je pense que l’assurance tout risque nous serait revenue à 300$ dans le mois…

Mais il faut savoir jeter les dés et laisser le destin décider. Cette fois il était défavorable. La prochaine fois, ce sera positif !

J’écris tout cela depuis l’aéroport. Et tiens, moi qui parlais de destin, regardez la surprise ! Voilà Maylis, rencontrée à Rotorua il y a trois semaines ! Elle prend le même vol que nous pour Paris. Quelle coïncidence, c’est absolument incroyable !

Quand je pense que c’est la canicule à Paris. Ça va faire un choc !

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me prévenir
avatar
wpDiscuz