Nouvelle-Zélande 4 : Waiotapu, source de mystère

Pour retrouver la partie précédente sur le surf des sables à la pointe nord de Nouvelle-Zélande, cliquez !

 

Nous quittons le lendemain la péninsule. Cap sur Rotorua ! Nous longeons la SH1 et 8 longues heures plus tard, nous y sommes. Rien de bien palpitant. Mis à part Rotorua.

La ville entière est en flamme. Sinon, comment expliquer l’épaisse fumée qui s’en échappe de toutes parts ? Mais non, il doit y avoir une autre explication ! La ville fume, sent le soufre. Je vois. Voici donc venue la contrée des geysers et des sources chaudes !

Gros plan sur les ramifications à Waiotapu, Rotorua

Gros plan sur les ramifications étranges des sources de Wai-O-Tapu

J’ai entendu parler de ce geyser, le Geyser Lady Knox, au milieu des sources chaudes de Wai-O-Tapu.

D’après le panneau à l’entrée du site, le geyser entre en éruption à 10 h 15 chaque matin.

« Comment cela peut-il être aussi précis ? » me demanderez-vous en rétorquant que la Nature ne réponds à aucune horloge autre que la sienne.

À nous de le découvrir…

Et en effet, il y a une arnaque. Un homme en combinaison vient nous raconter que le geyser entre en éruption tous les 24-72 h, et que pour avoir la chance d’assister au spectacle, les messieurs en blouse blanche ont cuisiné une concoction qui déclenche l’éruption une fois déversée dans le geyser.

Mouais, je ne suis pas trop fan du concept. Ça casse un peu le côté magique du lieu.

Pour faire passer la pilule, il nous raconte l’histoire suivante :

« Il a bien des années, lorsque les prisonniers étaient condamnés aux travaux forcés, une route se bâtissait non loin d’ici. Les prisonniers, n’ayant nulle part où fuir au vue de l’endroit où nous nous trouvons, n’était pas surveillé à fond. Ainsi, lorsque la route s’approcha de ce geyser, l’un des prisonniers fit la découverte de cet endroit aux couleurs étranges. Il s’empressa d’aller en parler aux collègues :

« Eh les mecs ! Là-bas, derrière les cavernes fumantes, il y a un coin avec des sources chaudes, des bassins orange bizarres et des bains de boue tonifiant pour le visage, on va pouvoir s’éclater ! »

Sources chaudes de Waiotapu à Rotorua, Nouvelle-Zélande

Les sources fumantes et frémissantes de Waiotapu !

Bon, je recrée un peu les dialogues mais c’est ce que j’aurais dit à sa place. Et effectivement, ils les utilisèrent pour se laver et laver leurs vêtements.

Les semaines passaient et l’exploration continuait.

Jusqu’au jour ou l’un d’entre eux fit tomber son savon dans un bassin d’eau frémissante.

Soudain, le bassin se mit à mousser, mugir, rugir, jusqu’à exploser dans une formidable colonne d’eau bouillante qui terrifia le prisonnier, qui s’enfuit à toutes jambes (mais il n’osa jamais l’avouer).

Et oui, la réaction chimique de la soude contenue dans le savon avait réagi avec les eaux souterraines de la source.

Par la suite, les prisonniers s’amusaient à balancer leur savon dans la source et admirer le geyser. »

The End

C’est donc pour recréer cette ambiance joviale des travaux forcés qu’ils font cela. Bon, l’histoire était excellente, je dois le reconnaitre.

L’homme en combinaison déverse alors le produit dans la sorte de cône et se joint au public.

L’attente est insoutenable. Le geyser mousse, mousse, mugit, rugit…

Une fois l’excitation du moment passée, la foule se diverse. Le geyser continue de cracher sa colonne d’eau bouillante, mais dès qu’un moment, aussi unique soit-il, dépasse 2 minutes de nos jours, les gens se lassent. C’est un triste bilan de notre situation. Enfin. Julien et moi nous dirigeons vers les sources chaudes. À perte de vue, une forêt rase depuis laquelle d’innombrables colonnes de fumée sont visibles.

Le sentier conduit à une énorme source teintée par endroit de bleu et d’orange. Un panneau indique son nom : « Champagne pool », la source de champagne. Le nom correspond plutôt bien !

Nous suivons sources après sources, couleurs après couleur. L’une d’entre elles est même violette.

Incroyable !

Nous passons par le cratère d’Inferno, les cavernes de soufre, les mares bouillonnantes. Et ma préférée, la plus irréelle, la plus surnaturelle, la plus flippante : Le bain du Diable.

La couleur est tout simplement irréelle !

C’est sur ce bassin que se termine notre visite. Mais la journée est loin d’être finie ! Oh que non !

Fini la Nature, bienvenue le sport de l’extrême ! Mais ceci sera pour le prochain épisode…

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me prévenir
avatar
wpDiscuz