Nicaragua : farniente à Playa Madera, partie 2

Ceci est la suite de l’histoire d’un groupe de camarades d’aventures explorant le Nicaragua et plus précisément Playa Madera. Retrouvez là ici !

 

Malgré tout, ce n’est pas forcement l’ambiance que nous recherchons. Alors je demande s’il n’y a rien de plus dépaysant dans le coin.

« Par là-bas, tu trouveras quelques auberges moins fréquentées. Mais il te faudra attendre la marée basse pour y accéder » m’explique un gamin aux cheveux bouclés surfant sur des vagues trois fois plus hautes que lui.

Sur la plage sauvage en éclaireur à Playa madera, Nicaragua

Sur la plage sauvage en éclaireur à Playa madera, Nicaragua

Nous laissons nos sacs à dos au groupe. Daan et moi partons en éclaireur le long de la plage à la recherche d’un meilleur lieu de repos. Quant à attendre la marée basse, eh bien disons que ça ne doit pas être si important. Il faut savoir prendre des risques dans la vie !

Après 200 mètres de sable et de coquillages brisés par les vagues, il nous faut traverser une partie rocheuse des plus instables.

Effectivement, la partie accessible se trouve sous 2 mètres d’eau plutôt agitée.

« Bon, on se lance ! Go sur les rochers ! » motivais-je Daan et moi-même.

Les rochers glissent, l’équilibre se perd plus d’une fois et poignets et chevilles prennent quelques coups mais quand vient finalement l’autre côté, la vue valait l’effort.

« Wow ! » nous écrions-nous en cœur.

La plage est sauvage et se termine quelques kilomètres plus loin au pied d’une montagne.

Plage isolée du Nicaragua devant l'auberge Cast Away, à Playa Madera

Plage isolée du Nicaragua devant l’auberge Cast Away, à Playa Madera

Daan et moi explosons de rire.

«- C’était une bonne idée de venir ici ! dit Daan.

– Oui ! Maintenant, il faut trouver une auberge ! » répondais-je.

Nous marchons un moment le long de la plage et passons devant une auberge nommée « Cast Away » (titre original du film « Seul au Monde »). Elle paraît potable mais nous n’y trouvons âme qui vive. En même temps, avec un titre pareil ! Dommage, le nom me plaisait bien !

Nous tombons sur une route et décidons de la remonter. Un peu plus loin, dans les terres, nous apercevons une femme accoudée à un comptoir. Elle et son mari tiennent quelques chambres d’hôtes. Il y en a juste assez pour nous.

« Pas mal ça ! » nous concertons-nous avant de retourner chercher nos camarades.

Mais avant de partir, je m’assure tout de même auprès de la femme :

« Réservez-nous 5 places, nous revenons ! »

Nous repassons la plage, les rochers glissants, revenons devant les deux auberges pleines de surfeurs et retrouvons notre groupe en train de faire du body surfing.

Body surfing dans les vagues sur la plage de San Juan del Sur, Nicaragua

Body surfing dans les vagues du Pacifique au Nicaragua

C’est la grosse ambiance ici !

Tout le monde récupère son sac. Allez, c’est reparti !

Le passage des rochers est bien plus ardu avec nos sacs. Heureusement, nous sommes des professionnels. Enfin pas vraiment mais sur le moment un grand sentiment d’accomplissement nous envahissait.

L’auberge est acceptée à l’unanimité. Ce sera notre retraite loin de la fête, des tambours et des basses de boites de nuit !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me prévenir