Nicaragua : farniente à Playa Madera, partie 1

Après une longue exploration du Nicaragua et des camarades d’aventures groupés en cours de route, nous quittons San Juan del Sur, la ville festive, en direction de quelque chose d’un peu plus relax.

 

Voilà trois jours que nous passons dans cette ville et nous commençons à avoir nos habitudes. Le matin, nous nous rendons tous les 5 déguster le petit-déj dans un bar à smoothie familial.

Je préviens que ma caméra ayant pris la pluie et un choc violent après une chute commune à ma caméra et moi-même sur un volcan (nous en reparlerons), elle a rendu l’âme. Certaines photos sont donc prisent avec mon téléphone acheté à Mexico City pour 30$, il faudra parfois faire appel à votre imagination pour la qualité.

Notre coin de petit-déj, le bar à smoothie de San Juan del Sur, Nicaragua

Notre coin de petit-déj, le bar à smoothie de San Juan del Sur, Nicaragua

«- Playa Madera est un petit coin de paradis pour la plage et le surf » nous souffle la serveuse.

Nous nous regardons tous en acquiesçant.

« – Rien que le nom fait rêver. Mais comment s’y rendre ?

– Pour atteindre la plage, il faut un 4×4 car la route n’est pas goudronnée. Mais une fois là-bas… »

Nous nous chargeons donc de trouver un 4×4. Il nous y conduit pour 10$. Plutôt cher pour le pays ! Enfin. Une fois coupé en 5 personnes, on devrait pouvoir survivre, pas vrai ?

Mais les présentations sont de mise : Daan le hollandais et moi montons sur la partie extérieur du 4X4, John l’irlandais et Jason le britannique montent sur la banquette arrière. Devon le canadien, quant à lui, montent à l’avant.

Vous connaissez désormais notre équipe de choc ! Et tout ce beau monde fait route vers une plage inconnue du Nicaragua, paré à explorer l’inexploré !

Vue sur les plages sauvages du Nicaragua près de Playa Madera

Vue sur les plages sauvages du Nicaragua près de Playa Madera

La route est chaotique, les nids de poule omniprésent. Pour Daan et moi, il faut parfois nous cramponner pour ne pas s’envoler !

« Bon, ça doit déjà limiter les visiteurs… » pensais-je.

Nous roulons un bon moment sous le couvert de la jungle, passant devant quelques fermes délabrées. C’est seulement lorsque la canopée se dévoile pour laisser place au bord de mer que nous réalisons. Nous y sommes.

Il faut donc débarquer. En sautant sur le sable chaud, mes jambes craquent.

Crack ! Ouch ! Ça fait du bien d’être debout. La position n’était pas des plus confortables !

Le chauffeur nous pointe du doigt la direction à prendre pour rejoindre la plage. Nous marchons 2 minutes et découvrons la mer. Les deux seules auberges visibles depuis la route n’ont pas l’air terrible.

Nous visitons l’une, puis l’autre. Surfeurs et surfeuses peuplent les deux auberges.

Les mecs aux boucles blondes, cheveux au vent et short coloré. Les filles, bikini et cheveux mouillés, sont assises sur des planches de surf à se laisser bercer par le son des vagues.

Oui, raconté ainsi, on dirait un clip de reggaeton. Et moi qui en ai toujours rêvé !

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me prévenir