Les Merveilles de Yellowstone, partie 2/2

Retrouvez la première partie de l’histoire de Yellowstone où rivières de feu, geysers et mares de boue en ébullition était de mise.

 

yellowstone-source-blanche-orange

Source irréelle à Yellowstone

Après une journée à explorer le nord du parc, je retourne épuisé à l’auberge. Tiens ! Quelqu’un est arrivé dans la chambre commune.

«- Salut !

– Hey ! D’où tu viens comme ça ? (« Where are you from ? » est la phrase brise-glace que j’utilise le plus en auberge.)

– Je viens d’Oregon ! Je suis skateur professionnel. Une marque me sponsorise pour que je parcours le pays avec leur matos.

– D’Oregon ? Tu viens de faire 1500 kilomètres en skate ?!

– Ouais ! Deux semaines que je suis parti. Je suis sponsorisé par une marque.

– Deux semaines ?? 1500 kilomètres en deux semaines ?

– Ouais, je fais dans les 100 miles (160 km) par jour.

– Wow ! Ça fait une sacrée route !

– Déjà trois paires de chaussures explosées à force de skater.

– Mais tu progresses comment exactement sur le skate ?

– Bah un, deux, trois, gauche. Un, deux, trois, droite. Un, deux, trois, gauche …

– Ouais, ouais, je vois le genre. »

Je l’aime bien. Il est dingue. Et sa barbe en friche est encore plus longue que la mienne. Enfin s’il n’est parti que depuis deux semaines, c’est qu’il ne devait déjà pas se raser souvent !

Le lendemain matin, la partie Sud du parc m’appelle. Le premier arrêt ne se fait pas attendre. Le bus s’immobilise quelques minutes à peine après l’entrée du parc national de Yellowstone. Panne d’essence ? Oublié de payer la taxe d’entrée ? Une prise d’otage par des campeurs naturistes ? Loin de toutes ces extravagances ! Ou presque … Un troupeau de bisons traversant la route se baladent paisiblement sur le goudron. C’est vache !

yellowstone-bisons-route-bus

Les bisons sauvages traversent avec leurs petits sans se soucier du reste

J’en compte 7, 10, 12, 14 ! Eh bien ! En voilà un beau troupeau ! Enfin … pour notre époque.

Si on le compare aux 90 millions de bisons qui arpentaient autrefois les grandes plaines sacrées avant que l’homme blanc ne vienne tout dégommer, notre rencontre n’est que bien peu de chose. Imaginez. 90 millions de bisons qui s’élancent dans ces terres sauvages où le vent soufflent librement, sans barrière ni contrainte à perte de vue.

D’après les légendes vues et racontées par les chefs spirituels des tribus, c’est ce qui nous attend dans les Grands Territoires Sauvages. Mais pour ça, il faut déjà être digne de Wakantanka

Une fois que nos amis bovidés ont tracés leur route, la nôtre reprend de plus belle, jusqu’à la montagne qui fume.

yellowstone-montagne-qui-fume

La montagne qui fume symbolise les esprits en colère !

Des traces de feux de forêts sont visibles partout. Le plus incroyable dans cette histoire, c’est qu’ils sont nécessaire ici. Chaque année, des hectares entiers de région boisée partent en fumée, ce qui donne des vastes plaines d’arbres calcinés et décharnés, pourtant âgés de dizaine d’années. Mais aussi des paysages plus grandioses …

De ces cendres, la Nature renaît ! Wakantanka veille !

Encore une fois, les formes de vie microscopique les plus extraordinaires sont légions. L’une des plus spectaculaire et ma préférée de toute, la rivière du … euh, fleuve des …

En fait, je ne lui ai pas encore trouvé de nom mais ça ne saurait tarder.

rivière-merveilleuse-irréelle-yellowstone

La plus belle rivière du monde à Yellowstone

Je n’en crois pas mes yeux. Tout parait surnaturel. Quand on voit ce genre d’endroit, on imagine que rien ne puisse vivre dans des endroits pareils. Mais Yellowstone, c’est également d’interminables forêts s’étendant à perte de vue, des wapitis, des ours noir et des grizzlys, des antilopes, des chèvres des montagnes…

chevre-montagne-yellowstone

Deux chèvres profitent de la distraction pour se faire des bisous

Au bout de la route, j’arrive à une falaise m’offrant une vue imprenable. J’ai l’incroyable privilège de pouvoir observer cet oiseau extrêmement rare dont le nom m’échappe totalement aujourd’hui et qui possède la particularité d’avoir un goût très prononcé pour le risque. Il bâtit son nid sur les endroits les plus escarpés qu’il lui soit donner de trouver.

montagne-colorée-yellowstone-cascade

Au dessus de .fr, sur le pic rouge, un nid d’oiseau kamikaze est perceptible !

Sur le chemin du retour, quelques bisons traversent une rivière à guet, comme un signe d’adieu.

Une fois à l’auberge, je suis pensif. J’ai vu Yellowstone dans sa majorité. Mais j’ai une sensation d’inachevé. J’ai quand même envie d’en voir plus. La fille qui tient l’auberge me conseille, puisque je suis prêt pour quelque chose d’un peu différent, d’aller visiter le parc national de Grands Tétons. Et oui, c’est son vrai nom. Mais ceci est une autre histoire…

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me prévenir