Les 7 merveilles de Gran Canaria

Tout a commencé lorsque je parlais des îles canaries avec une collègue, voilà quelques jours de ça. Alors ça a tilté. J’ai pensé tout haut : Mon prochain article parlera de Gran Canaria ! »

 

J’ai eu l’occasion de m’y rendre en décembre 2014 et pourtant, je m’en souviens comme si c’était hier. J’avais quitté Paris Orly sous un ciel pluvieux et froid et suis sorti à Gran Canaria sous une chaleur douce et une nuit étoilée. Au beau milieu du mois de décembre, les températures varient entre 18 et 25°C. En février, cela peut monter jusqu’à 30°C.

La capitale de l’ile se nomme Las Palmas de Gran Canaria, mais tout le monde dit Las Palmas, c’est plus court. C’est la seule partie, non la seconde partie la moins intéressante de l’ile, mais je reviendrais sur la première plus loin.

Il y a certes des activités, des bons restaurants typiques et des illuminations de Noël (en décembre en tous cas !), mais si vous êtes dans le cas de la majorité, votre temps sur cette ile ensoleillé vous est compté, donc pas le temps de trainer dans la capitale !

 

La Isleta

Au nord de Las Palmas, le parc national de La Isleta est facilement accessible à pied depuis le centre-ville. C’est l’occasion de visiter Gran Canaria sous un autre jour. Un minuscule village un peu isolé et préservé des touristes surplombe les côtes rougeâtres du nord.

La Isleta, Gran Canaria sous un autre jour

La Isleta, Gran Canaria sous un autre jour

Si on regarde vers le sud depuis les hauteurs, la vue dramatique se laisse découvrir sur La ville et les rivages où les vagues font le bonheur des surfeurs. En revanche, le sommet culminant la zone n’est pas accessible, un panneau énorme où l’inscription « Zone militaire » explique les hauts grillages.

 

Maspalomas

Carrément au sud de l’ile, la ville de Maspalomas où casino et hôtel de luxe sont légions, majoritairement fréquentés  par des touristes allemands. Cependant, le joyau de l’ile est ici. les dunes de sable de Maspalomas. Tous ceux qui s’y rendent ont ce pincement à un moment en pensant : « Je suis au beau milieu du Sahara ! »

Dunes de sable de Maspalomas, Gran Canaria

Les dunes de sable ont ce côté féerique des Mille et Une nuits !

Mais comme rien n’est parfait, une plage nudiste assez sauvage existe de l’autre côté des dunes. Si vous êtes dans le même cas que moi et dans l’ignorance la plus totale de cette information, ça vous fera un choc de voir des gros allemands tout nu dans les dunes. Je mangeais un sandwich à ce moment précis de ma rencontre fortuite et paf ! ça m’a coupé l’appétit d’un coup.

Si vous revenez vers le phare de Maspalomas, vous pouvez continuer jusqu’au port où des marchands vous proposent des balades en catamaran durant lesquelles vous voguez parmi les dauphins et pouvez admirer les dunes depuis la mer.

 

Puerto de Mogan

Et puisque vous êtes à côté, il est impossible de manquer Puerto de Mogan. C’est un village absolument magnifique, et donc bondé de touristes. Mais malgré tout, c’est à voir. Les petites rues blanches ivoires ornées de fleurs multicolores ainsi que le port où bateaux, yachts et catamarans viennent s’amarrer à quai. C’est unique.

Rues magnifiques blanches ivoires de Puerto de Mogan

Rues de Puerto de Mogan sous un ciel bleu éclatant 

 

Agaete

Sur la côte ouest de l’ile, changement de décor. Ma merveille préférée, le village d’Agaete. Fini les dunes de sables et les plages infinies bercées par le bruit de l’Océan. La grève de pierre déchirée par les vagues puissantes ne saura vous laisser de marbre.

Vagues s'écrasant sur le rivage de pierre d'Agaete, Gran Canarias

Vagues s’écrasant sur le rivage de pierre d’Agaete, Gran Canarias

Des bassins d’eau de mer secoués par les flots sont un must pour se baigner à quelques brasses de puissantes vagues ! Ah, Agaete. L’ambiance là-bas est spéciale.Les petits restaurants locaux servent des plats de la mer succulents !

Plat de la mer à Agaete, Gran Canaria

Plat de la mer délicieux et magnifique !

 

Las Aldeas de San Nicolas de Tolentino (oui, ils aiment les noms à rallonge)

Depuis la terrasse du restaurant d’Agaete, j’aperçois des montagnes au sud et une minuscule route disparaissant au loin. La curiosité étant ce qu’elle est, je ne peux résister à l’envie de l’emprunter. J’appris qu’elle menait à Las Aldeas et comme les bus parcourent l’ile de long en large, je n’allais pas me gêner !

N’ayant que le permis de conduire depuis quelques mois à cette époque, je ne pouvais réserver une voiture, les agences demandant un an de permis au moins. J’ai donc employé les bus de l’ile comme moyen de transport et c’était une excellente opportunité d’admirer le pays sans me soucier de conduire.

Mais la route de montagne, aiguille après aiguille, a rendu malade la moitié du bus. J’ai un estomac solide et pourtant quand la route contraignit le bus à stopper, tout le monde en profita pour sortir et respirer une grande bouffée d’air pur. Et faire quelques photos !

Routes de montagnes en aiguilles et le village d'Agaete au loin

Routes de montagnes en aiguilles et le village d’Agaete au loin, en haut à gauche

Et c’est avec regret que je réalisa l’horrible vérité. À Las Aldeas, il n’y a ABSOLUMENT rien à voir. Rien. Mais vraiment. J’étais aussi surpris que vous. Et une touriste allemande dans mon cas, pratiquement choquée d’un tel manque d’intérêt.

 

Jardin botanique Viera y Clavijo

Et si toute cette activité vous épuise, rentrez à Las Palmas et passez un moment au magnifique jardin botanique Viera y Clavijo. Arbre du dragon, jardin de cactus, figuier de barbarie et j’en passe, ce n’est pas le choix qui manque pour rendre ce lieu exceptionnel.

Dragon Tree, L'arbre du dragon sous la douce lumière des tropiques

L’arbre du dragon baignant sous la douce lumière des tropiques

 

Et j’ai gardé le meilleur pour la fin, le cœur de l’ile.

Roque Nublo

Le cœur de l’ile abrite le Pico de la Nieves, point le plus haut des canaries s’élevant à 1949 mètres. Et non loin, une formation rocheuse énorme attire l’œil. Plus on s’approche et plus on réalise. C’est un morceau de rocher titanesque que les espagnols appellent Roque Nublo.

Les randonneurs adoreront cette partie de l’ile où la végétation sauvage est hantée par des troupeaux de moutons errant sur ces terres escarpées. Depuis le plateau, on semble presque se trouver sur un continent. Mais si on regarde au loin et que le temps s’y prête, on peux pratiquement apercevoir l’ile voisine.

Vue sublime depuis le Roque Nublo de Gran Canaria

Vue sublime depuis le Roque Nublo de Gran Canaria

Après cette belle randonnée, c’est l’heure de reprendre des forces en s’arrêtant au village de Tejeda, réputé pour ses délicieuses pâtisseries à l’amande…

 

Pour conclure cet petit descriptif de l’ile de Gran Canaria, je vous recommande chaudement cette destination pour changer d’air et de climat sans pour autant faire des heures d’avions innombrables. L’ile est plutôt petite mais riche et diversifiée. Il m’a fallu une dizaine de jour pour explorer Gran Canaria d’un bout à l’autre et j’ai adoré chaque instant !

Et vous, vous avez eu l’occasion de visiter les Canaries ? Racontez !

 

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me prévenir