Le chant de l’Amazonie

Rien n’égale l’Amazonie en ce qui concerne l’intensité d’un voyage. Tout y est extrême. La sensation qu’on ressent lorsqu’on y pose le pied pour la première fois est indescriptible.

 

Vue sur le fleuve amazone au crépuscule

Le fleuve Amazone est paisible avant la tombée de la nuit

Pour commencer, le climat avec 37°C et 100% d’humidité. Sa végétation luxuriante, comptant près de 390 milliards d’arbres et des dizaines de milliers d’espèces, certaines restées inconnues même à nos jours. Et le fleuve Amazone porteur de vie, second plus long du monde après le Nil, qui traverse l’Amérique du sud de part en part.

Mais ce qui marque le plus lorsqu’on pose le pied sur le sol fertile de la jungle, c’est la vie qui la peuple. On ne la voit pas. On l’entend.  Oh, bien sûr, de temps en temps un dauphin rose d’Amazonie pointe sa tête hors de l’eau ou un alligator se jette dans l’eau à l’approche de notre embarcation. Mais rien n’égale cette douce musique. À toute heure, le chant de la jungle berce les pas du voyageur assez imprudent pour s’être aventuré si loin de la civilisation.

Voici une vidéo prise au cœur de la jungle Amazonienne au crépuscule, alors que la nuit tombe et que l’heure de préparer le bivouac est dépassée !

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me prévenir
avatar
wpDiscuz