Dawson City, la cité de l’or, partie 2/4

Ceci est la suite de la partie 1.

Je passe mes journées en vadrouille dans la Nature et mes soirées à l’auberge. Mais d’ailleurs, j’ai complètement oublié de faire les présentations ! Plus d’un voyageur se retrouve dans ce coin pittoresque du monde. Les gens qui partagent mon quotidien sont, par nature, extraordinaires. Chanteurs, guitariste, acteurs, amoureux de la nature et voyageurs. La plupart sont des artistes venus se faire un peu d’argent et profiter de l’été éphémère de cette ville intemporelle. D’autres viennent descendre la rivière en kayak. Un, seulement, cherche l’aventure.

Chaque soir, Adèle et Shaun cuisinent des plats élaborés pendant que voyageurs d’un jour ou aventuriers de toujours viennent griller quelques entremets, se réchauffer et profiter du spectacle. Et quel spectacle !

Adèle et Shaun chantent, Nick joue de la guitare, Carter bataille pour que son chiot reste tranquille, Gabrielle et Eva discutent de leurs journées, Sammy et moi préparons nos parties de pêche à venir. C’est comme appartenir à une grande famille. Tout le monde se raconte des histoires de voyages, oubliant tout le reste, vivant hors du temps. Nous sommes libres.

Nos soirées au coin du feu se finissent vers 2-3 heures du matin. La lumière perpétuelle perturbe notre notion de temps et nous ne voyons pas les heures défiler.

coucher-soleil-de-minuit-yukon

Vers 2h du matin, le soleil disparaît un instant derrière l’horizon

Nous nous couchons à 5h du mat et nous levons à 13h, ou nous couchons-nous à 5h du soir et nous réveillons-nous à 1h du matin ?

Ne pouvant donc être précis en ce qui concerne la date et l’heure, je serais plus ou moins évasif sur la chronologie de cette période temporelle.

Le réveil n’est jamais difficile car nous sommes complètement déconnectés du temps. Personnellement, je dors très peu et chaque matin (ou plutôt chaque moment se déroulant après mon sommeil), je réalise mon rituel quotidien :

Je me dirige vers les arbres effondrés, en sélectionne un et retire les branches secondaires. J’utilise la scie à bois pour en faire des morceaux. Ça vous réveille un homme. Réchauffé par l’effort, je les transporte alors vers le billot. J’attrape la hache et fends les pièces de bois en bûches. Je récupère les bûches ainsi que les petits copeaux de bois tombé au sol. Ensuite, j’emporte le tout dans la cabine faisant office de salle de bain. Dedans, j’y trouve une bassine à remplir d’eau brune de la rivière Klondike, un poêle à bois avec les restes du feu de la veille et un sceau.

riviere-klondike-dawson-city

L’eau provient de la fonte des glaciers, c’est vivifiant !

J’accompagne les copeaux de bois de feuilles sèches et commence à frotter ma pierre à feu contre le magnésium pour produire une étincelle. L’étincelle divine produite, les feuilles s’embrasent, transmettant la chaleur aux copeaux. Le foyer rougeoie. Je jette les buches dedans et souffle alors pour attiser les braises. Je referme le poêle, rempli la bassine d’eau en métal et la pose dessus. Une fois frémissante, je puise l’eau avec le sceau et m’asperge le corps transpirant. L’effort était intense, mais la récompense en valait la peine.

Après quelques minutes, la vapeur bouillante transforme la cabine en sauna et la température intérieure atteint facilement les 50°C.

Propre comme un nouveau-né et en pleine forme, je suis prêt à affronter toutes les épreuves. Durant la journée telle qu’on l’entend dans les régions tempérées, chacun de nous emploie son temps de son coté. Certains travaillent, d’autres restent en ville flâner. D’autres encore, s’aventurent chaque jour un peu plus profondément dans ces bois inexplorés à la recherche de l’inconnu.

maison-abandonnee-dawson-city

Une maison sans âge, abandonnée, détruite par le givre.

Comme vous l’imaginez, je représente la 3ème catégorie. La forêt est vierge et je suis littéralement le seul être humain à fouler ces terres infinies. Ce qui veut dire que les animaux en tout genre sont du genre prudent, sauf un, bien connu du monde. Le moustique, véritable plaie de ces lieux, est légion. Des nuages gluants, compacts et noirs comme la nuit tournoient à certains endroits. Si quelqu’un a le malheur de se faire repérer, c’en est fini de lui !

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Dawson City, la cité de l’or, partie 2/4"

Me prévenir
avatar
Trier par:   Du plus récent | Du plus ancien | Le plus de vote
Stéa
Invité

Hola Skra, tout ça me rappelle mon film préféré « into the wild », si tu ne l’as pas vu je te le conseille vivement.

wpDiscuz