Dawson City, la cité de l’or, partie 1/4

Le Grand Nord Canadien

Cette semaine, nous allons chercher de l’or. Je vous emmène le long de la rivière de l’or, dans les territoires sauvages du Yukon. En ce lieu où la fortune sourit aux inconscients, l’aventure est routine …

 

Pendant des heures, je traverse les étendues sauvages. La forêt infinie n’est perturbée d’aucune sorte de mouvement. Seule la rencontre avec messire flatteur m’a surpris. Il l’a sans doute été plus que moi puisqu’il s’est enfui à toute jambe à ma vue.

renard-Yukon-foret

Un renard rencontré au détour d’un chemin dans le Yukon

Mais m’y voilà enfin. Dawson city ! La ville mythique de la ruée vers l’or de 1896. Elle m’accueille par son charme d’antan. Ses rues de terre pâle, ses trottoirs en planches de bois centenaires, ses bâtiments décolorés semblant provenir d’une autre époque. Tous ceci crée une ambiance des plus agréable dans cette ville rayonnante.

Parmi eux, les plus surprenants sont l’atelier du forgeron, le saloon, le maréchal-ferrant ou encore le mythique casino de French Cancan. Casino qui servait autrefois de lieu de détente et de débauche aux durs-à-cuire venant dépenser leur or durement gagné. Et oui ! Il est toujours en activité.

dawson-city-casino-french-cancan

L’incontournable casino de French Cancan à Dawson City

Les montagnes du Yukon regorgent toujours d’or et la majeure partie se trouve dans la Rivière Klondike où des chercheurs d’or gardent encore espoir de faire fortune. Malgré tout, un homme m’a dit un jour une phrase qui ne m’a jamais quittée : à l’époque de la ruée vers l’or, ceux qui se sont enrichis sont les vendeurs de pelles.

De l’autre côté de la fameuse rivière se trouve la seule auberge à 1000 kilomètres à la ronde. Et accessoirement la route pour rejoindre l’Alaska.

Un ferry assure la traversée de passagers et de véhicules jour et nuit. La vitesse du courant est phénoménale, supérieure à 14km/h ! Pour la traverser, le ferry doit faire une sorte d’angle droit. Il se laisse porter par le courant jusqu’à être assez prêt de la rive, puis fait marche arrière pour s’amarrer. Visiblement, cette manœuvre élaborée consomme moins que de lutter contre le courant sur toute la largeur de la rivière Klondike.

riviere-klondike-dawson-city

Un ferry traversant la rivière Klondike en été à Dawson City

L’auberge, quant à elle, est une parmi les rares qui soit exceptionnelle. Ni eau courante, ni électricité. Par chance, un panneau nous informe :

« 24 heures de soleil gratuites ! »

Quant à l’eau potable, elle est conservée dans de gros réservoirs qu’il faut utiliser avec parcimonie. Uniquement pour boire, se laver les dents et cuisiner. Rien de plus. L’eau brune de la rivière, qui n’est certainement PAS potable, est utilisée pour se laver. Et comment se laver sans électricité ni eau courante ? Excellente question, au fait. Comment on fait ?

Voici la question que je pose au tenancier de l’auberge. La quarantaine avancée, les yeux vifs et un corps robuste, voilà quelqu’un qui semble avoir connu les terres sauvages.

« C’est simple, m’annonce le sympathique homme, les bras posés sur le comptoir. Suit moi, je t’explique ! »

Il se lève, pose ses lunettes sur la table et passe le pas de la porte. Nous faisons alors le tour de la propriété durant lequel il me conte le fonctionnement de l’auberge et de la salle de bain.

« Quand tu te réveilles, tu prends la scie posée sur l’établi là-bas. Tu coupes des tronçons de bois d’un arbre et tu prends la hache pour ensuite transformer les tronçons en copeaux. Ensuite avec tes copeaux, tu te rends dans la pièce de bain pour faire du feu. Tu remplis d’eau de la rivière la bassine au-dessus du feu que tu fais ensuite chauffer. Quand l’eau atteint la température idéale, tu utilises la bassine pour t’asperger le corps. Malin, n’est-ce pas ! »

Ah ouais. Quand même.

Dit comme ça, évidemment, cela semble être un effort assez balèze pour quelqu’un qui viendrait de se réveiller. Couper du bois, le scier, ce genre de chose. Mais une fois en situation, eh bien c’est encore plus crevant qu’en théorie.

On voit ce que serait la civilisation sans électricité !

J’aime cet endroit. Je pense m’y installer un moment. Cet endroit est si singulier, si unique et pourtant je m’y sens chez moi. Surtout quand je vois un radeau de fortune bâti en bois brut installé sur une zone « interdit de stationner »…

radeau-dawson-city-interdit

Un radeau de fortune abandonné à Dawson City

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me prévenir
avatar
wpDiscuz