5 coins du Laos à ne pas manquer !

Salut à tous ! Après 5 semaines en Asie, je suis de retour !

J’ai déjà posté l’article sur le Vietnam quand j’étais à Hanoi, la ville du Vietnam où il a 8 millions d’habitants et 6.5 millions de motos. Laissez-moi vous dire que c’est un sacré foutoir. Mais revenons au Laos. Un voyage au Laos en plein hiver, c’est un vrai régal. Pendant la crue de la seine, pendant l’apocalypse neigeux qui a paralysé la France pendant des jours, j’arpentais tranquillement les sentiers plein de trous et de nids de poule du Laos. Mais croyez-moi, ça en valait la peine ! Sans plus attendre, voici les 4 meilleurs coins au Laos, du Nord au sud ! (et si vous venez du Cambodge et voulez faire du sud au nord, vous pouvez toujours lire l’article en commençant par la fin ! ;-))

 

LOUANG PRABANG

La ville de Louang Prabang est un point central pour tout ceux qui visitent le Laos. Si vous venez du Vietnam par voie terrestre, vous arrivez immanquablement ici. Si vous prenez le bateau qui remonte le fleuve depuis la Thaïlande, il vous dépose ici. C’est donc avec la plus grande surprise que je suis arrivé dans une petite ville paisible et poussiéreuse, avec en son cœur, un monastère bouddhiste est installé au sommet du mont Phousi.

Moment de prière au temple bouddhiste du mont phousi

Moment de prière au temple bouddhiste du Mont Phousi

L’ascension vaut le détour. Des jeunes moines travaillent et battent les toiles en PVC faisant office de toit pour chasser la poussière. Aux heures de prières, un chant résonne dans l’enceinte des murs du modeste temple. Et depuis les hauteurs, on peux apercevoir de loin le fameux pont de bambou qui n’est présent que durant la période sèche, permettant de traverser la rivière et d’atteindre l’autre rive.

Le fameux pont bambou de Louang Prabang

Le fameux pont bambou de Louang Prabang

Le pont ne semble pas très stable, et pourtant…

Et si vous voulez faire un peu de shopping ou manger pour pas cher, le Night Market, le marché nocturne de Louang Prabang est à ne pas manquer. Ce marché qui s’installe au crépuscule et s’étale sur toute la longueur d’une grande rue. Les souvenirs et vêtements locaux valent le coup d’œil, mais ce qui marque le plus, ce sont les mères qui amène leur bébé et jeunes enfants tenir le stand pendant qu’elles regardent la télé ou jouent sur leur smartphone. Et oui, ils n’ont pas de garderie ou de moyen de protection (d’où la quantité incroyable de jeune, très jeune avec des bébés) mais ils ont des smartphones et la 3G. C’est beau la mondialisation.

 

CHUTES DE KUANG SI

A 30 kilomètres de Louang Prabang, ces chutes sont si merveilleuses qu’elles méritent un titre rien qu’à elles.

Les magnifiques chutes de Kuang Si au Laos

En bas, moult touristes. Mais montez au sommet et vous perdez la foule pour vous retrouver parmi les privilégiés pouvant remonter jusqu’à la source de la rivière. Mon avis personnel ? Ne perdez pas votre temps en bas, montez directement au sommet de la cascade et profitez.

Au sommet des chutes Kuang Si non loin de Louang Prabang

 

VIENTIANE

Tous ceux que vous rencontrerez vous diront la même chose qu’à moi :

« C’est pourri Vientiane, il n’y a rien à voir. N’y va même pas. »

C’est donc avec une appréhension croissante que je m’y suis rendu, pensant n’y passer qu’une nuit et repartir au petit matin. Le destin se chargea de me rendre fiévreux en y arrivant. Mais grâce à Audrey, une française formidable et un vieux masseur guérisseur coréen dont j’ignore le nom et qui m’a fait le massage le plus incroyable que j’ai jamais eu. Le plus douloureux aussi, mais j’étais remis d’aplomb le lendemain.

Masseur guérisseur me faisant souffrir dans l'auberge de Vientiane

Masseur guérisseur en plein travail dans l’auberge de Vientiane

Toujours utile que j’ai eu une journée de plus que prévu à Vientiane et que j’ai adoré la ville, ce qui est rare. Et puis à une heure de bus local de Vientiane, il existe un lieu nommé Bouddha Park. Rien que le nom fait rêver. Comment ce parc est-il venu à exister ? Bonne question.

C’est un vieil homme excentrique se disant chef spirituel et passionné (obsédé ?) par les statues qui décida de fonder ce parc où d’innombrables statues des plus fascinantes au plus bizarres sont posées à même le sol. Mais une photo fera plus d’effet.

Homme cochon tirant les cheveux à Bouddha Park

Non, vous ne rêvez pas. Quoique…

Ma préférée ? Celle de l’homme cochon tirant les cheveux à l’homme tirant la langue ou celle du soldat qui arrache les pattes d’une sauterelle géante ? Hm, je n’arrive pas à me décider…

 

KONGLOR CAVES

Au cœur du Laos, dans les terres entourées de montagnes, existe une route de terre boueuse et chaotique menant à une communauté vivant à proximité d’une grotte. Réputé pour faire partie de « La Boucle », un circuit de quelques jours à faire en moto, Konglor Caves est un réseau de galeries souterraines inondées (nécessitant donc une embarcation et un guide local, embauché pour 4€) est assez sympathique et elles offrent parfois des aventures insoupçonnées. Mon bateau qui heurte une branche et se met à prendre l’eau, obligeant les 3 passagers à abandonner le confort du siège pour se jeter sur la rive est en une.

quand ton bateau coule sur une rivière perdue au Laos

quand ton bateau coule au Laos

Mais 7 kilomètres plus loin, de l’autre côté de la grotte, un village où les hommes cultivent le tabac et les femmes travaillent les métiers à tisser. Et bien sûr, ils n’ont pas l’électricité.

Et quand je dis les hommes, c’est parfois un jeune, très jeune homme qui est chef de famille et dirige la ferme. Parlant un peu anglais, il explique comment il cultive et met le tabac à sécher.

jeune chef de famille et aventurier dans un village perdu au cœur du Laos

Il se propose même de me raccompagner sur un bout de la route avec son curieux véhicule qui fait office de tracteur et de moyen de transport. Vous verrez quand vous irez.

Ah, et petit avertissement : Si vous êtes prêt à vous manger 5 heures de tuk-tuk sur une route pourrie avec le vent glacial des montagnes, c’est que Konglor est assez authentique pour vous. Et vous allez vous faire entuber sur le trajet de bus là-bas. Mais ne vous inquiétez pas, ils font ça à tout le monde. Vous perdrez 4€ quoi. C’est l’Asie, c’est la culture locale !

 

PAKSE

Pakse est une ville banale et sans histoire. On ne rate rien à la dépasser et poursuivre vers la plus belle partie du Laos, les 4000 iles.

 

LES 4000 ILES (DON DET & DON KHON)

Quand on m’a parlé des 4000 iles, je n’ai pas vraiment saisi la beauté du nom.

« Bof, ai-je pensé. Ce sera une rivière et quelques ilots dégarni. »

Je n’aurais pas pu me tromper plus.

L’ile dont on m’a vanté les mérites était Don Det. Et curieusement, toutes les personnes rencontrées sur l’ile vivaient toutes une expérience similaire. Avec plus ou moins de variations, la réponse était à peu près la même :

« Je pensais rester 2 jours ici. Ça fait une semaine que j’y suis, et je n’ai toujours pas envie de partir. »

Quand on entend un truc pareil, on ne peux que s’imaginer l’ambiance qui y règne. Et oui, une fois posé le pied sur l’ile et les deux rues qui composent l’ile (une sur la côte est, une sur la côte ouest) on ressent l’atmosphère de zen et de vacances qui y règne. oui, c’est le mot, une atmosphère de vacance. Je loue pour 6 dollars un bungalow donnant sur le Mekong et le soir, je me pose au restaurant familial pour admirer en compagnie des quelques touristes le merveilleux coucher de soleil. J’aurais passé 5 jours de farniente. Littéralement. Il y a même une plage non loin et un bar tenu par une laotienne et ses filles.  

Smoothie et bar de la plage De Don Det au 4000 iles

Smoothie et bar de la plage De Don Det au 4000 iles

J’ai retrouvé quasiment tout le monde rencontré au Laos ici. Et un invité surprise. BJ, un coréen rencontré à l’auberge Barney au Vientnam, avait changé sa route pour venir ici. Imaginez ma surprise quand, marchant nonchalamment dans la rue, je le croise, un smoothie à la main. J’ai aussi retrouvé Thomas et Katharina, deux allemands qui étaient dans l’horrible trajet de tuk-tuk depuis Konglor avec moi. On aura lézardé ensemble. Bon, d’accord, on a bien visité les alentours, mais une journée suffit largement pour ça. Un pont relie Don Det et Don Khon, une autre ile assez sauvage.

et le coucher de soleil depuis le pont est sublime

Mais d’un bout à l’autre, il y a à peine 5-6 kilomètres donc louer un vélo est une bonne solution. Et puis tout au sud de Don Khon, il est possible de louer un bateau (minuscule hein, à peine une embarcation à moteur) pour faire un petit tour avec les dauphins du Mekong.

Mais une fois le tout visité et une ou deux visites à la plage du coin, vous aurez envie de rester à paresser sur les matelas du restaurant à longueur de journée. prenant le soleil, plongeant dans le Mekong pour se rafraichir. Et manger de la nourriture exotique pour pas cher. Le rêve.

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me prévenir